jeudi 24 décembre 2009

Les délibérations pour le Concours vont être longues !

Salut à tous !!

Tout d'abord merci de tous ces dessins, on ne s'attendait vraiment pas à autant de créativité, (les mentions spéciales reviennent à Céline Rousset et bien sûr Chris !)

Nous ne sommes pas arrivé à un compromis.. donc, on va laisser passer Noel et ondécidera pour de bon le vainqueurs.

Ceci dit il y aura un cadeau pour tous les participants !

A bientôt

Guillaume, Rémi et Diane

Milka de Chris !!


A chaque mail il me dit que c'est le dernier jusqu'au prochain, quoi !!! :)

Allez, on fait tous MEUUUUUUUUH de plaisir !

mercredi 23 décembre 2009

Ronald de Chris (ce mec va me faire avoir une crise cardiaque...de rire)


Je copie-colle les attributions de ce super-héros !

"dans celui la , tout est dans la discretion ...
travail de nuit apprecié, 7/7 jusqu'à 23.00 le vendredi et le WE.. Sinon c'est au drive...
le masque est obligatoire pour le coté anonymat ....
Arme principale : la frite retournée sautée , pas trop salée ( pour les artères)
Arme secondaire: le glacon qui permet de voler qques cl de boisson

Tres tres dangereux ..."

Signé Chris !

AGENT JADE de Koko


au niveau du dessin, purement technique, voici le meilleur candidat !

Bravo, et puis un super humour en plus, je vous laisse lire avec soin toutes les bétises qui sont énumérées autour du perso :)

Womansétou de Chris (maintenant qu'il qu'on s'est envoyé des vannes par mail, c'est un pote donc il a droit au raccourci de prénom...


Il me met au défi de ne pas le poster, mais voilà la version féminine de Mansétou...

WOMANSETOU !!!

Les pampers taille XXL vont devoir apparaître sur le marcher sinon je ne sais pas si je tiendrais encore longtemps !!! :)

Lune Man de Fabien Montagnat-rentier


Comme il est beau ce Lune-man, c'est le genre de copain qu'on rêve d'avoir quand on est un petit garçon !!

Je trouve que tous les dessins reflètent le caractère de leur auteur, et tu mérites donc d'être apprécié !! :)

Princesse Indoue de fabien Montagnat-rentier !


Haaaaa, Fabien, que de volupté, que de douceur, un peu de finesse dans ce monde de super-héros qui se mandalent la tronche à coups de flashes psioniques dans la gueule !

c'est biiiien !

Manzétou du même Christophe (qui selon lui ne sait pas dessiner), mais Woah !... je suis mort de rire !


J'ai failli faire pipi dans ma culotte !! :)

Christophe !


Merci à toi pour cette participation !

Tu dis dans ton mail d'accompagnement ne pas être très doué en dessin !
Et ben, au contraire, je troue que t'en sors très bien !!

Et tu a eu une bonne idée pour la lettre "E" de Explorers sur ses pectoraux body-buildés !! :)

mardi 22 décembre 2009

Boy Dessiné de Céline Rousset


Elle n'arrêtera pas, céline !!

Quelle imagination !!! :)

Là c'est le super-héros faiseur de BD, et je suis fan des équipements !! Surtout la gomme !!

Enfin, moi j'en ai pas l'utilité,hein... j'suis un pro !! :)

Alcee de Jérémy Gaudron


Très cool ton perso jérémy :)

Il est même mieux que ce crétin de Green Arrow (sorte de robin des bois version super-héros !)

Spiritus, de NewiQB


Un perso vachement classe, qui fonctionne bien :)

J'aime en particulier la disposition des différents éléments du Oui-ja !

TopCool !!

vendredi 18 décembre 2009

Lily-Bellule de Yanis Rousset


Il revient à la charge le Yanis avec une Lily-Bellule, justicière des étangs !!

Je dois avouer que j'ai très envie de mettre un "C'TE ClASS" tampon à ce dessin !!

Bravo, Yanis !

mercredi 16 décembre 2009

Phase 8 : Comment concrètement les auteurs d'une Bd tente péniblement de gagner leur vies.

Suite à la demande par mail d'un lecteur qui pose plein de questions à ce sujet. Je vais répondre sans détours, ni tabous.

Je vais tout dire, pour bien que les aspirants pro sachent de l'intérieur à quoi s'attendre.

Le premier truc, évident, mais qui mérite d'être précisé, est que si tu es payé à la planche de BD. Si tu ne bosses pas et que tu penses que le boulot de dessinateur est top cool, on est à la maison et on travailles quand on en a envie, ben... désolé d'être aussi vif, mais tu n'iras pas bien loin.

Quand on signe un contrat, l'éditeur veut savoir deux choses

-à quelle vitesse tu penses produire un album.

Et ce avec un minimum de qualité, bien entendu, et là, faut faire attention. Il est super facile de dire, face à ton éditeur, que tu peux faire 10 pages par mois, et une fois à ta table à dessin, tu te rends compte que c'est trop difficile... alors tu n'en livres que 4 ou 5 le premier mois.
et voilà comment on perd pas mal de crédibilité dés la première livraison de pages.

Il faut donc être honnête avec soi-même, voir un peu plus long que ce que tu penses faire, parce que d'une part, tu vas galérer quoiqu'il arrive, et d'autre part, l'éditeur (s'il fait son boulot) va regarder tes planches et te demander des modifications.
Alors, c'est bête à dire, mais quand tu as mis tes tripes sur une page, mais que l'éditeur te demande des modifs sur les cases, c'est assez difficile de refaire. On y passe du temps et le résultat est moins bien.

Je rajoute le fait qu'il ne FAUT PAS mettre plus de 12 mois pour dessiner ton album. Surtout quand c'est ta première série.

Parce que si on fait un calcul vite fait.
-2 mois de préparation (scénario, storyboard, recherche)
-12 mois de dessin
-5 mois de mise en couleurs
-1 mois de couverture, page de garde, page titre, dos d'album, plus la couverture qui au dernier moment ne va pas alors que toute la planète t'as dit 4 mois auparavant qu'elle était géniale ! :)
-2 mois de fabrication (l'envoie des pages à l'imprimeur, l'impression de l'album, la reliure des pages de l'album, le transport vers les librairies, la manutention des bouquins sur les étals des libraires)

ça fait 22 mois... et encore il peut y avoir des retards dûs à l'éditeur parce que le créneau de sortie n'est pas top, parce qu'en face, il y a un Sillage ou un Lanfeust, et que tu vas te faire dégommer.

(-attention je ne critique pas, j'aime énormément ne travail de ces auteurs, mais quand on est jeunes et pas connus, il faut tenir compte des dates de sortie de Blockbusters)

Il faut donc évaluer à peu près ce que chacun peut produire.

Je dirais qu'une bonne moyenne pour un dessinateur qui vient d'avoir son premier contrat est de 6 mois, juste pour le dessin.
46 pages en 6 mois, ça fait du 7 à 8 pages par mois, donc 2 par semaine.


C'est tout à fait faisable, tout en gardant bien à l'esprit que pour un premier album, il y aura beaucoup de retouches à faire, parce qu'on n'arrive vraiment pas à dessiner ce qu'on a en tête, du coup on est pas satisfait et du coup on refait, encore et encore.

A titre purment indicatif, je vais donner mon propre emploi du temps, sur EXPLORERS, tome 2, avec à mon actif plus de 10 de boulot tous les jours et 9 albums derrière moi (et j'ai deux enfants :)

-lever : 6h30, parce qu'il faut que me préparer, préparer le petit-dej' à ma fille, l'habiller, et l'emmener à l'école, pour 8h20.
-Blog-up : 9h. Je sais pas ce qui m'a pris quand j'ai dit que je ferai un post par jour. Je pensais que ça interesserai personne et que je ferai des posts court... erreur, je me suis laissé avoir !! :)
-dessin des pages : 10h30. Juste le temps de m'échauffer un peu, il faut préparer le repas de midi.
-pause déjeuner de 11h20 à 13h20 : on mange, je joue avec ma fille, je la ramène à l'école.
-dessin de 14h à 17h30 : là je bosse à fond les ballons.
-retour de l'école 17h30-21h, le bain, le repas, les dessins-animés, l'histoire et zou les enfants font dodos.
-21h à 24h : je bosse encore. Mais je suis naze.
-24h à 1h : je me regarde un épisode d'une série parce que je ne peux pas m'endormir, si j'évacue pas la tension de la journée.

(et tout ça entrecoupé de divers trucs, genre répondre aux mails, faire des affiches de festivals, faire des dédicaces, les enfants sont malades, ou le bébé pleure trop, faire les courses)

Donc, je bosse entre 8 et 9 heures par jour. et j'arrive à faire une page tous les 2 jours ou 3 jours si j'ai été trop entrecoupé.
J'essaie de consacrer une journée au croquis de la page et une journée au "bon crayon" puisque je n'encre pas.
Théoriquement, et quand tout roule bien comme il faut, et que j'arrive à faire 10 pages par mois, je livre un album en 5 ou 6 mois.

Et régulièrement, après quelques mois avec cet emploi du temps de folie, je tombe malade, je garde le lit 2 ou 3 jours, je suis forcé de me reposer, et puis,ben... c'est reparti !!

Quand j'avais pas d'enfants, il m'arrivait de bosser jusqu'à 13 heures d'affilées pendant plusieurs jours, pour le même résultat parce que manquait d'expérience.

-combien tu vas lui coûter !

Là, il n'y a aucune règle. tout est négociable, en théorie.
Ce qui arrive souvent pour un auteur, c'est d'accepter tout et n'importe quoi, soit par manque de connaissance sur ce que l'éditeur à le droit de faire ou pas,et de ce que tu as toi même le droit de demander à ton éditeur, soit par peur de se faire gentillement remercier avant même d'avoir commencé.

Mais bon, dison, comme ce fut le cas pour nous, tu veux tellement passser pros que tu signes, quoique le contrat stipule.

J'ai commencé avec 1100 francs par pages, aujourd'hui je suis à 240 euros sur EXPLORERS.

Pour les scénaristes, c'est un moyenne de 100 euros par page, même chose pour les coloristes. Pour eux, le truc essentiel pour ne vivre que de la BD, c'est d'avoir plusieurs séries signées en même temps, sinon, c'est la misère.

Pour certains, c'est peu, pour d'autres c'est beaucoup, mais il faut savoir une chose essentielle. On ne bâti pas une carrière sur les avances que l'éditeur te donne pour faire un album.

Voilà le système :
Je suis à 240 euros pas pages sur Explorers.
Soleil me donne donc 11040 euros pour faire les 46 pages de l'album.
Dans le contrat, les auteurs ont 8% du prix hors-taxe de chaque exemplaire vendu, et Soleil a 12%.

une fois que l'album est en vente, l'éditeur prend ses 12% ainsi que les 8% de l'auteur jusqu'à ce qu'il puisse "rembourser" la somme que Soleil nous a versé pour faire la BD.

Une fois que c'est fait, on peut commencer à toucher nous droits d'auteurs.

Donc -et c'est là qu'on rigole tous ensemble- combien faut-il vendre de EXPLORERS pour que nous puissions toucher notre premier centime d'euro ?

10222 !

Autant dire que beaucoup de BD, peu d'élus, ... mais on est motivé, on va y arriver !! :)

D'où l'intérêt de ne pas être trop gourmand au moment de la négociation du prix à la page. Plus le tarif sera élevé, et plus long sera le remboursement des avances.

En résumé, soyez rapides, (mais pas trop, faîtes les choses au mieux de vos capacités) et ne demandez pas trop d'argent (faîtes votre petit calcul sur le nombre de pages que vous pouvez faire un 1 mois et demandez un tarif en fonction de votre mode de vie, mais sans exagérer, vous allez le regretter une l'album sur le terrain)


Justement, un petit truc pour savoir si l'éditeur croit vraiment en votre projet :
L'éditeur a donné le chiffre du tirage sur le contrat.
ce chiffre est un élément de la motivation de ton éditeur. Si il décide de tirer votre premier album à 8000, c'est qu'il a de bons espoirs en votre travail, au délà, c'est byzance, en dessous, va falloir livrer un album irréprochable.

Magon c'était 10000 exemplaires, EXPLORERS est tiré à 12000... croisons les doigts...des mains et des pieds.

Je terminerai donc sur ceci.

A quel moment on peu dire qu'une BD se vend, aujourd'hui, avec la crise (qui quoiqu'on en dise touche un peu le secteur, et la sur-production).

- de 0 à 2000, c'est un flop, un gros gadin, c'est même pas la peine d'envisager une suite.
- de 2000 à 5000, c'est pas mal. Selon l'éditeur que tu as plus ou moins choisi, on va te laisser une chance et peut-être faire le deuxième.
- de 5000 à 10000, tu obtiens l'intérêt de ton éditeur (intérêt croissant en même temps que le chiffre de vente), il souhaite ardemment que tu fasses ton deuxième album, mieux dessiné que le premier, mais plus vite... en gros, il veut la même chose en mieux et pour après-demain.
C'est ce que je fais avec EXPLORERS 2 aujourd'hui. Je dors 5 heures par nuit pour qu'il sorte avant l'été.
- à partir de 10000, l'éditeur parle de toi en tant que partenaire et normalement il te souhaite une longue carrière chez lui (de préférence).

Si votre BD dépasse le seuil des 10000 exemplaires, il faut continuer à bosser dur, c'est évident, mais soez ultra-satisfait de vous... soyez heureux, et considérez-vous comme privilégiers.



Titeuf vend à 250.000 exemplaires.

mardi 15 décembre 2009

Christmas Girl de céline Rousset


Alors là, il y a de l'inventivité dans les accessoires !
Je vous laisse apprécier le haut "Ruban cadeau", et surtout les tours de cuisse en Sapin pour cette Christmas Girl, l'héroïne qui punit ceux qui aiment pas Noel !!

Du beau boulot !!

Fabuleuse Cistude de Yanis Rousset


Hahahaha !!
yanis, tu tapes dans le mille avec cette ré-interprétation de Tortue Géniale !
Moi qui suis ultra fan de Dragon Ball !! ;)

Phase 7 : Le Syndrome de "Quand t'as pas boulot, tu galères pour en trouver... mais quand tu en as, on te demande de faire deux milles BD dans l'année

Nous voici donc, avec Elsa et Nicolas Jarry dans les bureaux de Delcourt à Paris.
C'était la première fois que j'entrais dans les locaux d'une édition nationale.
On passe une bonne demi-heure à serrer des mains et à oublier aussi sec les prénoms de leurs propriétaires.
On est aux anges, un bref tour pour rencontrer Mr.Delcourt himself, très très occupé et zou, on parle gros sous avec le directeur de collection confortablement installé dans son bureau-bibliothèque-hangar de stockage de mobiles à l'effigie des plus grands succés de la boîte.

Gros sous, c'est un euphémisme, on est auteurs débutants, donc le prix à la page n'est pas exhorbitant, mais qu'importe, on a la chance extraordinaire d'être payé pour faire des BD, le rêve !! :)

Beaucoup de subtilités nous échappe dans le contrat. Avec les années d'expérience, nous savons que les contrats d'éditions sont loin devant les plus clairs et les moins "jt'embrouilles", par rapport à ce que j'ai pu voir dans les autres domaines artistiques.

Mais il y a quand même des trucs obscurs, des trucs qu'on ne comprends pas bien... c'est pas grave, on accepte le tout en bloc (bien sûr, on a trop peur que si on commence à négocier, ils nous disent que ben non, rentrez chez vous...) !


Et le retour à la maison se fait avec la banane jusqu'aux oreilles.
On discute entre nous de pas mal de choses, les orientations de la série, on se projette dans le futur, avec plein d'énergie, et surtout...surtout, du rythme optimal à obtenir.

J'ai été nourri aux mangas et aux comics, et j'ai toujours pensé la même chose depuis le début. Le succés d'une série vient de sa régularité dans la parution.

Et là, je trouve le système de production franco-belge assez abhérrant. Je vois que la moyenne de production d'un album est de 1 an et demi. Et dans ma vision candide des choses, je me demande bien pourquoi les auteurs français ne vont pas plus vite !...

Si j'accroche au premier épisode de DR.HOUSE, j'ai la suite la semaine suivante et non pas 1 an après. Pour les mangas, le rythme est hébdomadaire et les comics sont mensuels, alors pourquoi ?...

Je me suis vite rendu compte en faisant les premières planches pour mon premier album que, ...ben, en fait, c'est vachement dur. Donc, c'est long.

On faisait tellement peu de pages par mois que nous avons dû avoir un mi-temps à côté.

Et voilà comment se sont passé nos journées pendant 6 mois (après on a arrêté, on était nazes)

-8h00, j'amène Elsa à son mi-temps de documentaliste au CDI d'un collège.
-8h30, j'aide Christian Gine (Neige, Finkel) aux décors de ses séries.
-16h30, je file à mon mi-temps, il fallait appeler des clients de salles de remise en forme et leur demander si tout allait bien, plus de 200 appels à faire en quelques heures.
-21h00, je rentre à la maison, on mange et on bosse sur Magon jusqu'à point d'heure.

C'est sûr que c'est rien comparé à la journée de Jack Bauer, mais on a pas fait ça très longtemps.

Un jour j'ai lu une interview de Marini pour sa nouveauté, le Scorpion. le journaliste le questionne à propos de sa cadence de production ultra-rapide. Il répond tout simplement qu'il dessin le mieux possible sur l'instant et qu'il préfère laisser des petites erreurs, l'important est d'avancer et de PRODUIRE...

Cette phrase m'a marquée. Je me suis employé à ça pendant de nombreuses années.

En parallèle, Nicolas Jarry souhaite faire d'autres scénario, il développe en particulier avec Jean-Luc Istin une série chez Soleil, les Brûmes d'Asceltis.


Elsa fait un essai couleurs et c'est elle qui décroche le poste. Jean-luc a lancé une série de collectif autour les légendes bretonnes, "Les contes du Korrigan", il me propose de participer au tome 2.

Je me mets en mode "Fight-On" et voilà que je passe de 6 ans de rien du tout à des journées de fou où je dessine 13 ou 14 heures d'affilées.

Je ne me plains pas, bien sûr, c'est le bonheur, même si cette saleté de main n'obéit pas à mon cerveau et qu'elle fait souvent n'importe quoi. Mais la "Marini-way-of-life" me dit tout bas, ...avance, améliores-toi, fais au mieux sans te poser de questions.

Ce qu'il faut préciser et que les lecteurs ne savent peut-être pas, c'est qu'il est facile d'entrer dans une spirale de questions et de doutes quand on est coupé de l'extérieur pendant longtemps.
Je faisais mes premiers albums, il n'y avait pas encore la confrontation (positive ou négative) avec le public en dédicaces, ni de critiques dans la presse ou sur internet. Il n'y avait que moi, seul face à mon travail.

Le premier album à sortir est "Les contes du Korrigan", le 18 juin 2003.


Je suis pas mal ému, d'autant que mon personnage du Diable figure sur la couverture (le reste a été dessiné par Jean-Luc Istin).

J'ai hâte que Magon sorte !...

Et la nouvelle tombe peu après, on a la date de sortie, je dois faire ma première couverture. L'album sortira en septembre 2003 et on est invité au festival Delcourt à Bercy pour son lancement !

lundi 14 décembre 2009

Kalya de Michel Dimmock



Et voilà la première participation au concours !!
Elle est très sympa !! :)

Merci à toi Michel !

vendredi 11 décembre 2009

GRAND CONCOURS EXPLORERS ! UN DESSIN ORIGINAL A GAGNER !!

Trop cool, n'est-ce pas ??

Alors la règle est super simple !
Vous devez designer un nouveau costume pour les membres de l'équipe EXPLORERS !

Vous faîtes votre choix entre une fille ou un garçon, nous choissirons le best of the best dans les deux catégories, et les deux gagnants (ou gagnantes) recevront leur personnage redessiné par mes soins !!

Nous souhaitons que vous soyez le plus imaginatifs et le plus délirant possible ! N'oubliez pas de leur donner un nom !

Comme ous sommes sympa, je vous ai préparé les contours des perso, il vous suffit de télécharger le gabarit, de les imprimer et de laisser libre court à votre créativité !!



Envoyez-nous vos créations à l'addresse suivante: explorers.gl@gmail.com
Je les mettrais en ligne au fur et à mesure et nous choissirons les deux gagnants le 23 Décembre 2009 !!

c'est partiiiiii !!!

C'est Jack qui l'emporte !!

Voila un joli fond d'écran à l'éffigie de Jack pour le résultat du sondage !

jeudi 10 décembre 2009

Phase 6 : Les chroniques de Magon (version pas chez Soleil)

hé oui... tout en dis dans le titre pour une triste réalité... je vais me faire éjecter de la manière la plus dure à encaisser pour un dessinateur.

Voilà en détails comment ça s'est passé.

Je suis donc enfermé dans mon atelier et je passe mes journées à dessiner le plus vite et le mieux possible, avec pour seuls compagnons Guronsan et Café.

Nicolas Jarry est super emballé par sa série et il me fournit beaucoup de pages de scénario en peu de temps.

L'erreur de débutant qui n'y connait rien c'est que je pense que l'histoire courte n'était qu'un épisode d'une longue série et qu'il va falloir dessiner un épisode pour que le Lanfeust Mag' le publie chaque mois.
Quel crétin !...
Pas une seule seconde il ne m'est venu à l'esprit qu'il fallait un contrat avec l'éditeur pour sortir Magon en album.

Je suis trop jeune et trop impressionné pour oser déranger Arleston et lui dire tout ce qui perturbe.
Je préfères faire l'autruche, tomber les pages, et dire autour de moi que "mais oui, c'est bon, ils vont le publier, ce projet, il est trop bien...blablabla...".

C'est une manière pour moi de me convaincre tout seul...
Mais un jour l'incertitude est trop grande. Moi, jeune auteur méconnu, je vais ennuyer avec mes petits problèmes le grand Arleston.
Je prends le téléphone et j'appelle.
Il répond.
Je lui dis que j'ai fait une vingtaine de pages, de quoi avoir de l'avance...
Et il me coupe net...
Quoi, une vingtaine de pages en si peu de temps... envoie-les moi par mail.
Et l'entretien téléphonique se termine là.

Et alors, à partir de cet instant, c'est l'horreur... je suis allé trop vite, du coup c'est pas bien, je vais me faire lourder, pire que ça, je vais avoir des reproches de la part d'un des plus grands scénaristes de BD...

Les pages ressemblaient à ça (attention c'est de l'inédit, je ne les ai jamais montrées :)



Et puis plus rien...aucune nouvelle.
Les semaines passent, je travaille de moins en moins.
Et la sentence tombe... le directeur de collection Soleil m'appelle pour me dire que le patron avait vu les pages, et qu'il n'a pas aimé mon dessin.
La série ne se fera pas.

C'est horrible, non ?... Il va me falloir un peu de temps pour digérer tout ça.
C'était un mélange entre la culpabilité de ne pas être meilleur, le manque de sens des affaires (normal c'était le deuxième contact avec un éditeur, maintenant on s'en sort mieux !! :)et l'envie de leur montrer à tous que je vais y arriver.

Ceci dit, je vous rassure, le patron de Soleil n'aime toujours pas mon dessin, mais la donne a changée, EXPLORERS a énormément séduit le même directeur de Collection qui 7 ans plus tôt m'infligeait une terrible blessure.
Il s'est battu pour nous et à nos côtés cette fois-ci.

Il se passe environ trois semaines.

Nicolas et moi remanions le scénario, j'abandonne l'encrage au profit d'un dessin au crayon, et Elsa laisse Photoshop pour Painter. Nous faisons 9 pages
et nous envoyons à toutes les maisons d'édition sans exception, en traçant le courrier pour s'assurer que les dossiers parviennent bien jusqu'aux éditeurs.

On les envoie un lundi.
Le jeudi, je suis en voiture avec ma maman, mon téléphone sonne.
Un directeur de Collection de chez Delcourt me demande si je connais Paris.
Je lui non, j'y suis jamais allé.
Alors il me répond "On se donne rendez-vous Lundi prochain et tu auras le loisir de visiter la ville une fois le contrat signé !"

Les 9 pages du dossier sont les 9 premières pages du tome 1 des "Chroniques de Magon" chez Delcourt !

mardi 8 décembre 2009

EXPLORERS pour les NULS : Making OF de la planche 17, Tome 2 de A à Z

Comment donc que ça se passe bien avant que vous ayez l'album fini entre les mains ??

Tout d'abord, ça commence par une très longue discussion entre Rémi et moi.
Pour la petite anecdote, on avait été contacté par la MJC de Rodez pour animer un atelier BD. Et c'est du 14 au 17 Avril 2009 que nous avons séquencé le tome 2 d'EXPLORERS... le soir, dans notre chambre d'hôtel. Séquencer, c'est un bien grand mot pour dire que, tout en buvant du Coca et en mangeant des bonbons, nous avons défini les évènements du tome 2, évalué leur durée, et en faire une liste sous Word.

C'est là l'étape la plus importante pour le récit, la discussion entre les auteurs, les critiques, le ping-pong créatif. On lance les idées, l'autre y apporte son approche personnelle, on modifie, et soit on garde, soit on jette !

Une fois cette étape passée, c'est au scénariste de commencer le boulot. Une fois qu'il a bien en tête le déroulement complet de l'album, le début, la fin et les principaux évènements ainsi que la place qu'ils prennent en nombre de pages, il attaque le découpage : c'est-à-dire page par page.
Il utilise pour ça une technique assez simple. Il donne un titre à chacune des pages. Si le titre contient 1 idée forte, c'est bon, mais si le titre contient 2 idées ou plus, il faut faire plus de pages.

Exemple pour le Tome 1 : Nos 5 amis découvrent la bibliothèque et le curseur indique la présence d'un fantôme dans les rayonnages.

C'est pas bon, à moins de faire du 12 cases, il n'y a pas assez d'espace (surtout que nous avons choisi de faire une bibliothèque gigantesque).

Nous choisirons plutôt :

Page 23 : Nos 5 amis découvrent la bibliothèque
Page 24 : Le curseur undique la présence d'un fantôme dans les rayonnages

Il faut de toute façon être souple. Tout est encore modifiable pour l'instant.

Une fois que l'album est découpé de cette manière on peut encore discuter, changer, rallonger des scènes, raccourcir d'autres. C'est un peu comme une partie de tétris, il faut arriver à ce que tout s'emboîte bien en 46 pages. C'est dur, souvent long (plusieurs semaines) mais c'est essentiel avant de se lancer dans les dessins préparatoires !

Je reçois donc tout l'album découpé page par page. Je sais précisément ce qu'il va falloir dessiner.
Pour "L'île au trésor", il me faut
-un bateau
-des pirates
-une île
-le fantôme à capturer

Et je commence les recherches. Pour les décors, je me regarde le dessin animé "l'île au trésor", j'ai des magazines de photos d'île pour vois à quoi ressemble la végétation et pour les scènes qui vont se passer sur le bateau, je fais mon mix entre des photos de modélisme naval et des captures d'écran du film "Master and Commander", une fois tout imprimé et classé, je designe les persos et les costumes.

J'ai fini ce gros travail préparatoire (environ deux semaines), j'envoie à Rémi, on modifie l'apparence de quelques personnages et zou, c'est parti pour quelques mois enchaîné à ma table à dessin !! :)

Et voici donc comment on fait pour une page!

C'est la page 17 du Tome 2 !

Je reçois le scénario :



Je le lis bien en l'imaginant comme un film. Il faut avoir des images en tête les plus précises possibles.
Quand le scénario est bien fait, la page contient une seule idée forte et une image forte.
Avant d'attaquer le storyboard, je sais quelle sera cette image forte et je visualise le reste en fonction de cette image.
Quelques minutes passent où si vous me voyez assis sans bouger devant la page de scénario, mais dans la tête ça bouillonne !
Tout est clair dans ma tête, j'ai tout le déroulement, je prends le crayon, et Hop ! Je storyboarde !



Je commence toujours par évaluer la taille des cases. Ici, la régle est simple : les gros plans dans des petites cases et les plans plus larges dans des cases plus grandes. Pour le reste ça dépend du style de chaque dessinateur. J'aime beaucoup avoir des cases format cinemascope, donc allongée, je trouve ça classe !!
La deuxième chose à faire est d'écrire le texte et de placer les bulles avant d'attaquer le dessin. Sinon je risque de ne pas avoir assez de place pour le texte.

Rémi me donne son impression, et si ça roule je commence à dessiner le croquis !




Comme vous pouvez le voir, on peut encore modifier certaines choses.
Dans le scénario original, la case 1 décrit William, joueur de FootUS qui slalomme entre les pirates. Rémi souhaite que les feintes de William soient décomposées en une seule image. Puis on se rend compte que c'est la même technique que nous employons quand Lily utilise sa super-vitesse. Le lecteur risque de confondre... on préfère opter pour une autre solution.
Comme je suis en train du jouer à Wolfenstein (un FPS sur Xbox), je me dis que ce serait bien de faire une vue à la première personne. C'est chaud à faire mais tanpis, le FUN avant tout !

Une fois validée par Rémi, j'attaque la vraie page. Je mets une nouvelle feuille sur le croquis, j'allume ma table lumineuse et je redessine le tout en essayant de garder de la patate !



Une fois la page finie, on fait des modifications ou des ajouts de dialogues.

J'ai scanné ma page, encré le coutour des bulles ainsi que les cadres des cases (le dessin reste au crayon) et j'ai tapé le texte sous photoshop. J'ai nettoyé la page pour supprimer les saletés et faire en sorte que le blanc soit bien blanc.

J'envoie à Rémi et à mon directeur de collection chez Soleil.

Si il y a des retouches à faire, je les fais.

Puis après ça va à la couleur !!

Voilà !!!! ;)

vendredi 4 décembre 2009

Phase 5 : Les Chroniques de Magon (version Soleil)

Alors voilà...

Nous passons la fin de l'été 2001 à plancher sur une histoire courte pour le Lanfeust Mag'... les idées fusent de toute part (même mon père me soumet quelques pitch) mais c'est toujours Thomas Fajon (mon pote de Fac) qui s'y colle pour le scénario. Nous hésitons à proposer Potiron Jack, mais on a des scrupules, il y a déjà pas mal d'ouvrage sur Jack'O'Lantern (avec EXPLORERS par contre on ne se gêne plus !!;)...

Je n'ai plus les pages que nous avons présenté à Arleston, mais en gros voilà le pitch : Dans un "Dinner" de la campagne américaine, un couple s'arrête pour y manger, l'ambiance est bizarre, tout est silencieux même si le resto est quasi plein, on entend simplement un chanson country qui passe sur le Juke-Box. La chanson se termine, et un homme se lève de sa table et descend un des clients, avant de remettre une pièce, de selectionner une nouvelle chanson et de regagner tranquillement sa table.

Cette idée sera rejetée, ce n'est pas dans la ligne éditoriale de Lanfeust Mag'.
Avant de repartir à la maison, nous faisons quand même le tour de l'atelier. C'est ainsi que les yeux brillant d'étoiles nous voyons arc-boutés sur leurs tables à dessins ceux qui font la renommée du Mag', Nhieu, Pellet, Mourier, Bianco, Dutto, Kéramidas, Dav...
Et la question que tout le monde se pose, y avait-il Didier Tarquin ?
ben, non... absent, il faudra que j'attende 7 ans avant de pouvoir le rencontrer lors du Festival CGR Montpellier ! :)

Quelques mois plus tard, Arleston me rappelle en me disant qu'il connait un jeune romancier de Fantasy qui voulait tenter en parallèle l'aventure BD. Il a plusieurs projets en cours de développement et il me contactera bientôt.

Nicolas Jarry m'appelle le lendemain. Il souhaite me parler de tous les univers qu'il souhaite développer, il commence par un projet SF/anticipation qui se déroule sur une planète gelée suite à un cataclysme.
Après quelques minutes où il m'en dis plus sur l'univers, je ne chercherai pas à entendre ce qu'il a d'autre à me proposer, je veux faire ça : "Les Chroniques de Magon".

Je m'enferme littéralement dans un atelier que la mère d'Elsa mets gracieusement à ma disposition et je vais faire plus d'une trentaine de pages. Seules les 6 premières
seront mise en couleurs pour les besoin du Mag'.

Elles seront plubliées dans le numéro 40, février 2002 de Lanfeust Mag'.










Elsa et moi, sommes heureux, galvanisés par notre première publication pro !
Mais quelque chose va se passer, un gros coup dur !

Phase 4 : A l'assaut des Festivals !

Donc, bon.... on laisse tomber "L'Observatoire 001".

Avec Elsa, nous décidons de préparer un Book avec nos meilleurs travaux du moment.

Je dessine deux petites histoires, sans réel scénario, mais c'est juste histoire de dessiner en situation.

La première "Une dernière Légende", qui parait dans le magazine QUEST d'Août 2001






...Et une petite illu pour bosser les modelès au trait :



Mais ce qui va me donner ma première opportunité dans le milieu pro, et je ne le sais pas encore, c'est ça :



(je n'ai malheureusement plus les pages de ce projet, il ne me reste que ces deux illustrations)

Nous revenons habiter dans notre région, et mes parents me donne un an pour passer pro. Nous redoublons d'efforts, et nous faisons le tour des festivals du coin, le book, sous le bras afin de receuillir les précieux conseils des auteurs que nous admirons.
Et c'est au festival de Sérignan, auquel nous avions participé de nombreuses dans le cadre du fanzine qu'Arleston nous remarque.
Il nous invite à venir le voir dans les locaux de Gottferdom, et souhaite que nous réalisions une histoire courte pour le Lanfeust Mag'!!

On est comme des fous ! :)

Phase 3 : Les premiers pas dans le milieu pro !

Glénat vient donc d'ouvrir une nouvelle collection, qui se scinde en deux : "Comix Street" et "Comix Crew".

Le but du directeur de collection est de sortir en kiosque des séries au format souple, typé comics.

Il est intéressé par notre projet et regarde attentivement les pages que j'ai envoyé.
Mais des semaines passent sans que je puisse le joindre, ni par mail, ni par téléphone.

Ceci dit je reçois régulièrement les copies de mes planches avec des annotations indiquant les trucs qui cloche... et jeunesse oblige, il y en a un gros paquet.

Il essaie de m'orienter vers un autre style, me faisant essayer encore et encore des nouvelles techniques sur un même lot de pages. Cette attitude commence à m'inquiéter... de ma première pensée "est-ce que je suis vraiment fait pour la BD ?", je commence à me dire "va-t'il être un jour satisfait, est-ce que ces modif incessantes n'ont pour seul but de retarder la publication ?"

Et puis les premiers titres sortent en kiosque, ça me redonne du courage, je me remets au boulot avec enthousiasme malgré les nombreuses modifs qu'il y encore et toujours à faire !


Le titre de cette collection qui m'a le plus marqué, c'était "AL SERIAL KILLER"




Je prends le dessinateur REJ, comme modèle, comme but à atteindre ! Moi aussi je veux être publié comme lui.

D'autres titres paraissent, qui m'attirent moins, voire qui n'ont rien à faire dans ce type de collection.
J'essaie de joindre le directeur de collection depuis des mois...sans réponse.
Les épisodes 2 de chaque série sortent en kiosque et puis plus de nouvelles.
J'apprendrai plus tard, que la collection s'est vautrée et que le directeur de collection s'est fait gentillement remercié.

De cette période il me reste quand même deux grandes leçons.
-Il ne faut pas laissé les autres essayer de changer ton style aussi approximatif soit-il pour te faire "rentrer" dans une collection spécifique. Avec les années je sais que je suis fait pour un type d'histoires. Peut-être que je fais fausse-route depuis le début, mais c'est ma voie.


-Pour passer pro il faut impérativement ravaler son égo. Même après 9 albums complets, j'ai eu des modifications à faire sur pas mal de pages de EXPLORERS... c'est tout simplement pour le bien de l'album. Ce qui a changé c'est que j'ai l'assurance de faire part de mon opinion si toutefois ces modif demandées par l'éditeur ne me semblent pas justifiées.

Pour finir avec cette période, le truc le plus marrant, c'est que l'auteur de "AL SERIAL KILLER" a fait d'autres BD par la suite, je l'ai découvert plus tard avec beaucoup de surprise, REJ est :


Régis DONSIMONI !! ;)

jeudi 3 décembre 2009

PHASE 2 : le premier projet présenté !

Alors nous voilà à la fin de l'année 1999, alors que nous craignons que le 2K-Bug fasse péter tous les ordinateurs de la planète, nous gravons sur CD-RW, et par tranche de 3 planches (sinon, plus, ça rentrait pas.. vous vous en souvenez, non ?)le projet que nous allons présenter aux éditeurs. Thomas Fajon au scénario, et Elsa à la couleur.

Le projet se nomme "Observatoire 001".
Je vous tape ici le pitch de l'époque, mot pour mot et vous allez voir (sans offense puisque thomas est mon meilleur ami !! ;), on est très...très...très loin d'EXPLORERS...

"Dans un monde où l'eau à recouvert la quasi-totalité de la planète, vivent tant bien que mal une population parquée dans des cités flottantes ou Skydecks, gouvernées arbitrairement par un ancien conglomérat industriel.
A la suite d'une tentative de renversement, un groupe de terroristes se retrouve embarqués dans une aventure épique à la découverte d'un continent oublié où règnent les pratiques ancestrales de la magie."

Mouais.... je sais pas vous mais j'ai vu ça des milliards de fois... très orienté Final fantasy 7, mais en moins bien ! :)

En tout cas voilà les éléments du dossier !


Les personnages principaux de l'histoire.


LE vilain pas beau qui utilise la magie pour faire le mal ! c'est pas biiien !


Et une page couleur, avec justement des couleurs assez sympa !! (nostalgie !)


Donc, avec le recul, c'est bien sûr pas top-top, même si les éléments principaux pour mes futurs albums sont déjà là... mais il faut bien creuser.

Elsa et moi déménageons à Toulouse et puis je fais une quarantaine de pages... parce qu'à l'époque je suis bête. Je crois que pour être publié professionnellement, il faut faire l'album en entier.

On envoie le dossier partout et dans l'été 2000, O miracle, O joie... un éditeur est intéressé !...
Mais qui donc ??...
C'est Glénat !

A demain ! ;)

mercredi 2 décembre 2009

Notre coin à nous !!

J'explique tout... J'arrête facebook.

je trouve que facebook est un excellent outil pour être en contact avec plein de monde, mais pour poster des images et vidéos etc etc, je préfères largement le blog... c'est une question de gout, c'est sûr.

Et pour faire honneur à ceux et celles qui ont envie de discuter avec nous d'autres choses d'EXPLORERS, j'ouvre cette rubrique.

Ecrivez ce que vous voulez comme si c'était un commentaire !

A plus les amis !

Mon premier projet BD !

Alors voilà, je ne sais pas encore si ce sera intéressant, mais je vais vous montrer mes premiers travaux !

Mais avant tout, il faut que je dise quelque chose. Ce que je voulais faire quand j'étais adolescent, c'était ROCK STAR... j'ai toujours été passionné de musique et je voulais vraiment en faire mon métier, jusqu'au jour où tout à basculé.

Septembre 1998, mon bac Arts plastiques en poche, j'entre en fac de Droit, à Montpellier, sans réelle conviction, mais comme je suis un garçon sérieux, je tente le coup du mieux que je peux. Mais l'enseignement y est trop général, et pas mal de disciplines m'ennuie. Mon copain de fac, fan de comics, me dit de lire ça :



Spawn numéro 1 fraîchement sorti en France. Moi qui en étais resté aux super-héros traditionnels bien propres sur eux, je prends la deuxième grosse claque de ma vie en matière de BD (la première a été AKIRA et Dragon Ball).
Avec mon ami, Thomas Fajon, nous décidons alors de commencer une BD "Potiron Jack". mais juste pour le fun, histoire de ne pas trop gaspiller notre temps sur les bancs de la fac.

Et puis, un jour, un autre copain, qui lui voulais faire le bd plus sérieusement, me demande de l'accompagner pour s'inscrire dans un fanzine BD à Sète. Nous entrons dans le local de l'association et là... tout passe au ralenti, elle est là, baignée dans une aura luminescente, dans une robe chinoise bleue fendue, Elsa Brants, qui elle dessine, et qui veut en faire son métier.
Je me dis que tout compte fait, je vais prendre ma carte d'adhésion aussi ! :)

Et voilà comment je découvre en simultané la passion de la BD au travers de ma passion pour une femme.

Dans le numéro de septembre 1999 du fanzine "Lou Styx" parait le deuxième épisode de "Potiron Jack", j'en ferai par la suite plus d'une dizaine, avant de se dire avec Elsa qu'il est temps de partir la conquête des éditeurs !!

Les couleurs pour la couverture sont de Elsa Brants, bien sûr !!!











Une dernière chose, pour ceux qui pense que les évènements marquants de nos vies sont pré-calculés à l'avance, il y a des chose troublantes. Mon premier vrai personnage de BD est une citrouille et dans EXPLORERS, il y a une citrouille ! Voici ce que ça donne donc à 10 ans d'écart !





Je suis un grand fan de Metallica et Kirk Hammett, le second guitariste joue sur une guitare qui m'avait impressionné quand j'étais adolescent !



La marque de cette guitare exceptionnelle ornée d'une tablette de Oui-ja, c'est une....... ESP EXPLORER !!


Je n'ai toujours eu que des voitures Ford, et très souvent quand je vais faire mes courses, je me gare plus ou moins dans la même zone du parking et sans réfléchir (je vous jure que c'est vrai), je me gare à côté de ce modèle :

Une Ford EXPLORER !!! HAHAHAHA !!!!