jeudi 10 décembre 2009

Phase 6 : Les chroniques de Magon (version pas chez Soleil)

hé oui... tout en dis dans le titre pour une triste réalité... je vais me faire éjecter de la manière la plus dure à encaisser pour un dessinateur.

Voilà en détails comment ça s'est passé.

Je suis donc enfermé dans mon atelier et je passe mes journées à dessiner le plus vite et le mieux possible, avec pour seuls compagnons Guronsan et Café.

Nicolas Jarry est super emballé par sa série et il me fournit beaucoup de pages de scénario en peu de temps.

L'erreur de débutant qui n'y connait rien c'est que je pense que l'histoire courte n'était qu'un épisode d'une longue série et qu'il va falloir dessiner un épisode pour que le Lanfeust Mag' le publie chaque mois.
Quel crétin !...
Pas une seule seconde il ne m'est venu à l'esprit qu'il fallait un contrat avec l'éditeur pour sortir Magon en album.

Je suis trop jeune et trop impressionné pour oser déranger Arleston et lui dire tout ce qui perturbe.
Je préfères faire l'autruche, tomber les pages, et dire autour de moi que "mais oui, c'est bon, ils vont le publier, ce projet, il est trop bien...blablabla...".

C'est une manière pour moi de me convaincre tout seul...
Mais un jour l'incertitude est trop grande. Moi, jeune auteur méconnu, je vais ennuyer avec mes petits problèmes le grand Arleston.
Je prends le téléphone et j'appelle.
Il répond.
Je lui dis que j'ai fait une vingtaine de pages, de quoi avoir de l'avance...
Et il me coupe net...
Quoi, une vingtaine de pages en si peu de temps... envoie-les moi par mail.
Et l'entretien téléphonique se termine là.

Et alors, à partir de cet instant, c'est l'horreur... je suis allé trop vite, du coup c'est pas bien, je vais me faire lourder, pire que ça, je vais avoir des reproches de la part d'un des plus grands scénaristes de BD...

Les pages ressemblaient à ça (attention c'est de l'inédit, je ne les ai jamais montrées :)



Et puis plus rien...aucune nouvelle.
Les semaines passent, je travaille de moins en moins.
Et la sentence tombe... le directeur de collection Soleil m'appelle pour me dire que le patron avait vu les pages, et qu'il n'a pas aimé mon dessin.
La série ne se fera pas.

C'est horrible, non ?... Il va me falloir un peu de temps pour digérer tout ça.
C'était un mélange entre la culpabilité de ne pas être meilleur, le manque de sens des affaires (normal c'était le deuxième contact avec un éditeur, maintenant on s'en sort mieux !! :)et l'envie de leur montrer à tous que je vais y arriver.

Ceci dit, je vous rassure, le patron de Soleil n'aime toujours pas mon dessin, mais la donne a changée, EXPLORERS a énormément séduit le même directeur de Collection qui 7 ans plus tôt m'infligeait une terrible blessure.
Il s'est battu pour nous et à nos côtés cette fois-ci.

Il se passe environ trois semaines.

Nicolas et moi remanions le scénario, j'abandonne l'encrage au profit d'un dessin au crayon, et Elsa laisse Photoshop pour Painter. Nous faisons 9 pages
et nous envoyons à toutes les maisons d'édition sans exception, en traçant le courrier pour s'assurer que les dossiers parviennent bien jusqu'aux éditeurs.

On les envoie un lundi.
Le jeudi, je suis en voiture avec ma maman, mon téléphone sonne.
Un directeur de Collection de chez Delcourt me demande si je connais Paris.
Je lui non, j'y suis jamais allé.
Alors il me répond "On se donne rendez-vous Lundi prochain et tu auras le loisir de visiter la ville une fois le contrat signé !"

Les 9 pages du dossier sont les 9 premières pages du tome 1 des "Chroniques de Magon" chez Delcourt !

1 commentaire:

  1. Merci de nous faire part de ton expérience, c'est vraiment passionnant et enrichissant :)

    Vivement la suite !

    RépondreSupprimer